Tournois de poker : Le guide ultime pour gagner!

Guide & Conseils pour gagner un tournoi de poker

A l’inverse du cash-game, le jeu en tournoi est particulier. Si la majorité des conseils que vous pouvez trouver sur King of poker peuvent s’appliquer aux tournois, il y a certaines spécificités qui demandent une certaine adaptation. Aujourd’hui, nous allons creuser sur cette forme de jeu et nous vous proposons un guide complet sur le tournois de poker. Attention, cela risque d’être un peu long, mais vous y trouverez plein d’informations utiles!

Les différences avec le cash-game

La première chose à prendre en compte, c’est que le jeu en tournois est différent du jeu en cash-game. Certains joueurs n’aiment pas jouer en tournois, et vice-versa. Pourquoi?

Dans les tournois, de manière générale, une fois que vous avez perdu tous vos jetons il vous sera impossible de revenir en jeu. Il existe des périodes de rebuy mais après un certain niveau, c’est terminé. La gestion de votre stack est donc un élément crucial à maîtriser.

La durée des tournois implique que vous devez être préparer à jouer pendant quelques heures, au minimum, que cela soit en ligne ou en réel. Vous l’aurez compris, la patience et la gestion des tilts à aussi son importance.

Enfin, les blindes vont augmenter tout au long du tournoi, ce qui est un des points, sinon le point le plus important de la stratégie de tournoi. Vous ne jouerez pas pareil en début ou en fin de tournois.

Ces trois éléments peuvent être assez perturbants pour les joueurs habitués au cash-game.

Le calcul du ratio « M » en tournois

Comment le calculer?

C’est peut-être la stratégie à connaitre absolument pour les tournois de poker qui va vous permettre de calculer combien de blindes représente votre tapis afin de savoir quand vous pouvez réaliser des coups en fonction du moment dans le tournoi. Pour l’histoire, c’est un concept que l’on doit à Paul Magriel.

Pour calculer votre « M », prenons un exemple assez simple. Disons que vous disposez de 1500 jetons et que les blindes sont de 10/20. Votre tapis contient donc 50 blindes, donc vous pouvez rester en jeu pendant 50 blindes, sans en jouer un seul. Ici, c’est assez simple à calculer. Les grosses blindes sont de 20, les petites de 10, soit 30 jetons de blindes à chaque coups, donc vous pouvez jouer 50 blindes (1500/30).

Au fur et à mesure que vous avancerez dans le tournoi, les antes vont faire leur apparition. Elles seront donc à prendre en compte pour calculer votre « M ». Ainsi, le calcul est le suivant :

calcul du ratio M en tournois

Disons que les antes aient fait leur apparition (10 jetons) et que vous êtes toujours 10 à table et que vous avez 3000 jetons avec des blindes à 30/60. Votre « M » est donc de « 15 », environ. Moralité, vous pouvez restez dans le coup pendant encore 15 blindes.

Comment utiliser le ratio « M »?

En fonction de votre « M », vous pouvez jugez votre situation en fonction du moment du tournoi.

Les zones du ratio "M" et les manières de jouer en tournois

Honnêtement, il est inutile de commencez à jouer en tournoi sans exploiter ce « M », il vous aidera énormément à savoir comment jouer en fonction de votre stack. Du coup, comment jouer efficacement en tournoi?

La manière de jouer en début de tournoi

En début de tournoi vous allez vous retrouver avec un tapis assez gros comparé au blindes et il n’y donc pas d’antes. Vous commencerez donc votre tournoi comme tous les autres joueurs, dans la zone verte.

Si vous commencez le poker ou que vous n’êtes pas encore habitué aux tournois, nous vous conseillons de jouer peu de mains. Le but à ce stade est de jouer des cartes avec du potentiel comme des petites paires sans dépenser trop de jetons pour ne pas tomber sur les prédateurs. Bien sûr, si vous trouvez une paire d’as il faut essayer de faire grossir le pot un maximum.

Le problème des débuts de tournois, c’est que les fishs vont souvent faire tapis avec des mains banales, surtout en ligne. Attention donc, si vous avez une paire de rois ou de dames KK ou QQ. Si vous faites une relance, et qu’un adversaire vous sur-relance, vous pouvez envisager de vous coucher, à moins que ces joueurs aient montré qu’ils jouaient de façon très agressive ou peu réfléchie.

Ici il ne sera pas rentable de jouer des coups à pile ou face. Si vous avez AK et que quelqu’un met tapis avant le flop il est plus rentable de se coucher. Ce n’est que le début du tournoi donc il va falloir essayer de lire vos adversaires grâce aux tells et d’être patient pour ne pas vous laisser attraper dans un coup.

En résumé, en début de tournoi, nous vous conseillons:

  1. D’être patient et de laisser les fishs s’entre-tuer.
  2. De trouver de bonnes situations pour gagner de petits pots qui ne semblent intéresser personne.
  3. N’engager pas une bonne part de votre tapis sans une main solide.

Les façons de jouer en milieu et en fin de tournoi

Maintenant que vous savez comment aborder votre début de tournoi, voyons quels sont les points clés pour le milieu et la fin de tournoi. Nous avons vu que le début de tournoi convenait bien à un jeu assez serré car les blindes sont relativement faibles, les fishs sont encore nombreux, donc autant être prudent et ne pas rentrer des coups difficiles à maîtriser.

bonus au poker en ligne

Les blindes augmentent

Ici les blindes deviennent plus chères et il faut donc de manière générale jouer plus de coups pour essayer de les voler. Bien sûr cela dépendra de notre tapis. Dans cette phase du tournoi, les joueurs commencent à penser à l’argent des places payées et donc ils changent de comportement.

Il y aura – vulgairement – deux sortes de joueurs :

  1. Les amateurs qui jouent pour être dans les places payées et qui vont jouer vraiment très peu de coups.
  2. Les pros et quelques amateurs qui jouent pour la gagne, ce qui est beaucoup plus rentable. Ceux-là jouent plus de coups et exploitent ceux qui ont peur de perdre avant les places payées. Vous vous rappelez de notre article sur les prédateurs au poker?

A ce moment précis du tournoi, les blindes sont maintenant assez grosses pour être volées dans certaines situations. Mais il faut jouer différemment selon la taille de notre tapis. C’est là que revient notre fameux ratio « M ».

Jouer « Short Stack » en tournoi

Si vous jouez souvent des tournois il ne sera pas rare que vous arriviez en milieu de tournoi avec un petit tapis.

Nous allons donc voir la meilleure manière de jouer, sans perdre son sang froid. Ici, si votre M devient inférieur à 8 vous allez être obligé de voler les blindes. Vous êtes ici en zone orange et vous devez imposer votre rythme.

Voici quelques conseils pour jouer ce « M » efficacement:

  • Lorsque vous êtes au bouton et à en petite blinde, vous devez mettre tapis 100% du temps si personne avant vous n’est rentré dans le coup et si la personne à la big blind a un stack plus petit, ou équivalent.
  • Si vous êtes suivi, ce n’est pas si grave, en effet vous allez souvent jouer un 30% (voir les probabilités au poker), mais cela sera compensé par le nombre de fois que vous allez gagner en volant les coups sans être suivis.
  • Ici si vous recevez des monstres du type KK ou AA, il sera souvent très rentable de les jouer comme si vous étiez en train de voler les blindes, en mettant tapis. En effet si quelqu’un a une main contenant un as et beaucoup de jetons derrière lui, vous serez souvent suivis, et à vous le « double up ».

Jouer avec un Stack Moyen

On considère que notre tapis est d’environ 25 blindes, donc en zone verte. Vous avez un tapis parfait pour faire de vraies relances et sur-relances.

Ici on ne rentrera jamais dans un coup en premier sans relancer, car cela permet plusieurs choses :

  • Vous pouvez gagner les blindes sans contestation si tout le monde se couche.
  • Votre fréquence de relances va augmenter et donc, lorsque vous aurez une main énorme vos adversaires ne pourrons pas vous lire.
  • Avec ce genre de tapis vous allez pouvoir tendre des pièges et même voler les voleurs. Si vous remarquez que quelqu’un est très actif et qu’il relance souvent, essayez de le sur-relancer en position, avec du jeu ou pas.
  • Si votre image est celle de quelqu’un qui joue d’assez bonnes cartes c’est une très bonne technique. Souvent votre adversaire va se coucher et même s’il vous suit vous serez le dernier à parler et donc vous pourrez le bluffer sur le flop.

En ce qui concerne les pièges, ils sont une arme très puissante que vous pouvez utiliser avec cette taille de stack. Piéger avec une grosse main est souvent une bonne idée, mais de quelle façon ?

  1. Vous pouvez « limper » c’est-à-dire vous contenter de suivre la grosse blinde, dans le but de sur-relancer ensuite. Cette stratégie marche très bien sur une table agressive, mais évitez-la ailleurs car si personne ne vous relance vous serez dans une position délicate où il y aura beaucoup de monde dans le coup ce qui fera considérablement baisser vos chances de gagner.
  2. Vous pouvez aussi vous contenter de suivre une relance. En effet il y a souvent des gens qui essaient de voler les coups où les joueurs se sont contentés de suivre la relance car cela est souvent un aveu de faiblesse.

Soyez toujours bien attentif dans cette partie du tournoi, il y aura de nombreuses opportunités de gagner des coups dont personne ne veut. Repérez bien ceux qui ont peur de sauter avant les places payées, ils seront vos cibles.

Jouer en tournoi en « Big Stack »

Vous vivez le rêve de tous les joueurs de tournoi, votre tapis est énorme et même si vous perdez un gros coup vous pouvez encore repartir. Le jeu avec un gros tapis est très rentable si l’on joue beaucoup de mains. Cela marchera d’autant mieux si vous êtes à une table où les joueurs jouent très peu de mains dans l’espoir d’arriver aux places payées.

En réalité, vous êtes vraiment en position de force, vous pouvez donc:

  • Jouer tous les coups où personne n’a ni suivi, ni relancé.
  • Rentrez dans un coup en relançant mais il vous faut éviter de trop relancer les joueurs qui se contentent de seulement payer la grosse blinde, il s’agira souvent d’un piège. Ici une bonne relance sera d’un peu moins que 3 fois la grosse blinde, le fameux 3-bet effet que vous misiez plus ou moins cela aura le même effet, vos adversaires ne vous affronteront qu’avec de bonnes mains, mais vous économiserez un peu de jetons chaque fois qu’ils vous relanceront.

L’inconvénient avec en étant « big stack » dans un tournoi, c’est que tous les joueurs veulent vous attraper pour doubler leurs tapis. Voici donc quelques règles pour savoir quoi faire si l’on vous sur-relance à tapis :

  • Si votre adversaire dispose de moins de 10% de votre tapis vous pouvez suivre avec presque toutes les mains. Ici suivre avec n’importe quelle main peut s’avérer être un bon investissement, car si votre table vous à vu suivre avec 10 et 3 vous allez passer pour le fou qui suit tout et vous pouvez être sur qu’il ne s’amuserons pas à vous sur-relancer avec n’importe quoi.
  • Si vous êtes face à un tapis moyen qui vous sur-relance, vous pouvez tenter de jouer des coups à pile ou face avec des paires de dix ou des mains comme AQ.
  • Dans le cas d’un tapis qui est du même ordre de grandeur que vous, jouez de manière plus prudente. S’il vous a montré qu’il était assez sage et qu’il ne jouait que très peu de mains, il est même envisageable de coucher AK.

Si vous jouez en tournois, il est important de garder à l’esprit quelle est la taille de notre tapis par rapport aux autres et d’adapter notre manière de jouer en fonction de votre « M ».

Pour ceux qui souhaiteraient s’essayer aux tournois en ligne, sachez que toutes les salles en proposent, nous vous invitons ici à lire notre comparatif pour voir la salle qui vous conviendra le mieux.

Tournois de poker : Le guide ultime pour gagner!
5 (100%) 2 votes

Stratégie

Laisser un avis